Les stupéfiants événements du Capitole aux Etats-Unis constituent une alerte sérieuse pour toutes les démocraties et en particulier pour la nôtre.

Ils nous renvoient à l’image de la Marianne fracassée de l’Arc de triomphe lors de la crise des Gilets jaunes en 2018.

Ils traduisent l’inquiétante perméabilité ou frustration de nombreux Français, qui ont le sentiment d’être dépossédés de leur pouvoir d’agir et de ne pas être représentés, aux mensonges complotistes et au renversement argumentaire pernicieux qui consiste à déstabiliser nos démocraties au nom d’atteintes supposées à la démocratie.

Ils confirment une recomposition des clivages politiques fondamentaux dans nos sociétés entre démocrates libéraux et nationalistes illibéraux qui recoupe dangereusement un clivage sociologique entre classes aisées et classes moyennes et populaires.

La situation américaine est d’autant plus affligeante et préoccupante qu’elle frappe la plus ancienne république moderne, la plus proche de la nôtre par son histoire et ses valeurs fondatrices.

Elle est inquiétante parce que les ennemis de la démocratie et des Lumières y ont trouvé un leader populaire cynique et sans scrupules qui leur offre un débouché politique. 

Il est urgent pour les démocrates de reparler au peuple, sans les dénis, les tabous idéologiques, les postures marketing et le moralisme convenu qui l’ont détourné de la participation politique, et notamment des partis de gauche depuis le déclin des partis communistes.