“Il s’est passé quelque chose aujourd’hui !”, a conclu Jean-Yves Le Drian. Le social-réformisme a fait une (mémorable) rentrée politique ce samedi 19 septembre, à l’occasion de notre journée #TdP2020 ! A l’issue de notre Assemblée générale (réservée aux adhérents) en matinée, #TerritoiresdeProgrès a présenté ses principales orientations et lignes politiques en vue de notre Congrès constitutif prévu en janvier 2021. L’après-midi, ces orientations ont été mises en débat auprès des adhérents présents (dans 3 salles) ou à distance. Retrouvez ici les interventions scriptées des six ministres présents.

En matinée, assemblée générale (diffusée via visioconférence Zoom privée) du mouvement | Autres photos sur notre compte Twitter.

L’après-midi, en présence de six ministres*, Gilles Savary, Délégué général et Hélène Roques, déléguée aux questions sociétales de Territoires de Progrès ont évoqué les grandes lignes directrices de notre future plateforme programmatique “Construire la République de la qualité de la vie pour tous” dont vous trouverez quelques extraits sur ce site. Nous invitons nos adhérents, nos soutiens sociaux-démocrates et toute personne le souhaitant, à nous faire part de leurs premières réactions dans les commentaires en bas du texte dans cet onglet (ci-dessous) ou par mail : IdeesTdP@territoiresdeprogres.com.


Ces réflexions politiques s’ajoutent à de nombreuses productions éditoriales “positionnement” déjà disponibles sur notre site, comme ce Manifeste de lancement de notre mouvement (1er fév. 2020). Nous y écrivions déjà, entre autres : “la Majorité a besoin d’une aile gauche affirmée, influente et indépendante de LaREM, capable de prises de positions exigeantes, mais aussi de travailler loyalement avec les autres composantes de la majorité présidentielle.”

Ces premières réflexions programmatiques, qui vont être enrichies en vue de notre Congrès constitutif (janvier 2021), complèteront aussi notre socle de positionnement social-démocrate qui s’est renforcé au fil de ces mois à travers nos communiqués, prises de parole et tribunes diverses.

En ce samedi 19 septembre, Territoires de Progrès a eu la grande joie d’enregistrer le soutien affirmé de six nouveaux ministres*, dont quatre étaient présents en cette rentrée politique : Florence Parly, Elisabeth Borne, Emmanuelle Wargon, et Jean-Baptiste Djebbari. Dans son discours, Jean-Yves Le Drian a également cité Brigitte Bourguignon et Olivier Véran (excusés).

Séquences du Facebook Live et discours ministériels

Parlementaires adhérents

Territoires de Progrès accueille désormais 38 parlementaires LaREM ou apparentés (en double appartenance), ainsi qu’un sénateur du Mouvement Radical. Un onglet spécial leur est désormais dédié sur ce site Internet.

Fin septembre 2020, après avoir déjà enregistré plusieurs centaines de pré-adhésion ces derniers mois, Territoires de Progrès lancera une nouvelle campagne d’adhésion – avec appel à cotisation – dans les territoires.

Rentrée #TdP2020 | Adhérents, six ministres parlementaires sociaux-démocrates de la majorité présidentielle enfin réunis !

Territoires de Progrès, un réseau territorial de jeunes élus et d’acteurs expérimentés |

Fort d’une implantation territoriale croissante, d’acteurs expérimentés et de jeunes élus, notre mouvement Territoires de Progrès incarne le social-réformisme républicain, européen et anti-populiste. Territoires de Progrès s’inscrit ainsi dans la filiation de la gauche social-démocrate, républicaine, européenne et porteuse des valeurs de l’écologie réformiste et d’innovation. Depuis 8 mois, le mouvement se structure autour d’acteurs expérimentés, d’une nouvelle génération d’élus et de la société civile locale, enrichit sa future plate-forme programmatique #RéinventonslaFrance en concertation avec ses membres les plus actifs et multiplie les prises de position, en toute indépendance, au sein de la majorité présidentielle. Avec la désignation d’une  soixantaine de délégués régionaux et départementaux, le soutien de ses 500 premiers membres (pré-adhérents), Territoires de Progrès continue de tisser sa présence en région.

« Nous sommes aussi un pôle de résistance à l’alliance inavouable des extrêmes de droite et de gauche. Face à la montée des intolérances et des pressions physiques contre la liberté de réunion et d’opinion, émanant de droite comme de gauche, nous devons incarner une nouvelle dynamique contre les alliances populistes qui menacent notre modèle républicain », explique Gilles Savary, Délégué général de Territoires de Progrès.

Tribune “Territoires de Progrès, le réveil d’une gauche de notre temps |

Parrainé par deux ministres du gouvernement issus du Parti socialiste, Jean-Yves Le Drian et Olivier Dussopt, Territoires de Progrès vise à rassembler l’électorat de gauche et de centre gauche qui a largement contribué à l’élection d’Emmanuel Macron en 2017.

Si depuis lors, et en particulier depuis le tournant des manifestations contre la réforme des retraites, confirmé par les élections municipales, la gauche institutionnelle, ses partis et ses grands élus se sont cristallisés dans l’opposition au prix d’un verdissement réducteur et campent sur leurs positions en s’efforçant de «cornériser» le président de la République à droite, cette autre gauche sociale-démocrate et progressive n’a pas disparu.

Si elle aspire à se distinguer de LaREM et à revendiquer son identité, elle doit sa quasi-disparition des radars médiatiques à son inorganisation et à une loyauté excessivement silencieuse, au point que les tensions idéologiques internes à LaREM n’ont d’autre exutoire que de s’exprimer malencontreusement au sein de ses groupes parlementaires.

Pourtant cet électorat social-démocrate n’est pas plus séduite qu’hier par les perspectives de mariage des carpes et des lapins qui agitent actuellement la gauche entre un Parti socialiste réduit à ses positions locales et plus indécis que jamais sur sa ligne politique, des Insoumis populistes et communautaristes notoirement europhobes et des Verts français infiltrés par une extrême gauche sectaire adepte d’une décroissance expiatrice, annonciatrice de déclassement national et de drames sociaux.

C’est à cette gauche sociale-réformiste, porteuse d’une écologie réformiste plutôt que de rupture, libérée de ses tabous et de ses dénis idéologiques, héritière d’une culture de responsabilité et de gouvernement, que Territoires de Progrès veut offrir un port d’attache indépendant et distinct de LaREM.

L’enjeu n’est pas médiocre pour l’avenir de la gauche de gouvernement française et dépasse les positionnements tactiques ou opportunistes du moment.

Le président de la République semble avoir compris que sa fulgurante ascension politique de 2017 étayée par un parti unique composite, a épuisé ses charmes et qu’il lui faut envisager désormais de sceller des accords de coalition plus larges, sur la base d’un programme de gouvernement concerté.

Mais pour le moment, la coalition qu’il semble dessiner ressemble trop à une scissiparité à somme nulle des ailes droites de LaREM et à un dopage artificiel du Modem pour qu’elle ne s’expose pas à une hasardeuse déperdition d’un électorat de gauche originel, encore substantiel mais en mal de reconnaissance.

Pourtant les défis intérieurs et extérieurs à relever par le pays supposent plus que jamais un dépassement des postures et des radicalités factices entre républicains modérés de gauche et de droite dont les dernières alternances présidentielles ont suffisamment relevé les convergences gouvernementales sous le poids des contraintes.

Ce qui nous anime et nous préoccupe, c’est la crise profonde de la démocratie représentative. C’est l’audience croissante de nationalismes populistes adeptes de politiques de repli au moment où les enjeux économiques, sécuritaires, écologiques et par conséquent sociaux dépassent les frontières nationales. Ce sont les crispations identitaires, les communautarismes, les séparatismes et les corporatismes qui utilisent sans vergogne la puissance manipulatrice des réseaux sociaux et des émotions populaires, et menacent la cohésion nationale.

Au regard de ces évolutions délétères, les clivages politiques essentiels se déplacent sur la question cruciale de la pérennité de notre modèle de République démocratique et d’Etat de droit réformiste, fondés sur la liberté d’expression, la pensée rationnelle et les acquis des «Lumières ».

Ils appellent une alliance de toutes les bonnes volontés de gauche et de droite qui se retrouvent dans cet enjeu de société primordial plutôt que le retour de postures du siècle passé et d’anathèmes factices, sans impliquer pour autant la dilution et l’indistinction de leurs valeurs et aspirations fondamentales.

Ce que le Conseil National de la Résistance avait su construire entre gauche et droite après-guerre doit être possible aujourd’hui pour le bien du pays.

Territoires de Progrès considère que la gauche ne peut faire plus longtemps l’économie d’une introspection collective sur les causes de son naufrage de 2017 et d’une refondation de sa ligne politique au regard des formidables changements géopolitiques, technologiques, écologiques, sociétaux qui affectent nos sociétés contemporaines et leurs modes de vie.

C’est cette contribution politique et programmatique d’une gauche de convictions, qui veut privilégier l’adhésion à un projet sur les opportunismes tactiques, qui sera à l’ordre du jour de notre journée d’échanges du 19 septembre à travers les lignes politiques directrices que Territoires de Progrès rendra publiques dans la perspective de son Congrès constitutif. 

Rappel des temps forts TdP depuis sa création |

19 octobre 2019 | Première tribune de lancement dans le JDD : un appel de 75 personnalités souhaitant équilibrer la majorité présidentielle d’un pôle de gauche indépendant de LaREM.

1er février 2020 |
> Réunion constitutive à Pantin (93), en présence de Jean-Yves Le Drian et Olivier Dussopt et d’une centaine de participants dont d’actuels et anciens parlementaires et élus issus de la gauche.
> Premier manifeste du mouvement.
> Lancement sur les réseaux sociaux (TwitterFacebookLinkedIn).

3 mars 2020 | Lancement des premiers ateliers de travail « Biens Communs et pacte républicain », « Cohésion sociale et société écologique », « Economie face à la transition », « Enjeux numériques »…

15 mars 2020 | Deux des quatre délégués nationaux adjoints de Territoires de Progrès élus au 1er tour des élections municipales : Laurent Bonnaterre, maire de Caudebec Les Elbeuf (76) et Aude de Castet, conseillère municipale à Sassetot-Le-Mauconduit (76).

Avril 2020 | Structuration du mouvement et désignation de ses instances nationales provisoires : Comité Exécutif (dont délégué général : Gilles Savary, 4 délégués nationaux adjoints dont Najwa El Haïté et Aude de Castet), Comité Politique (présidé par Roland Ries, ancien maire de Strasbourg) et un comité national présidé par Yves Durand, ancien député PS du Nord et spécialiste de l’éducation).

Avril-mai-juin | Multiples visioconférences des groupes de travail, questionnaire public « Ma vie dans mon territoire ». 

13 mai 2020 | Lancement du site Internet : https://territoiresdeprogres.com/

14 mai 2020 | Tribune « Pour un pacte de renaissance national » signée, à ce stade, par 30 parlementaires LaREM et plus de 250 personnes (élus et citoyens).

Mai-Juin 2020 | Désignation d’une soixantaine de délégués régionaux et départementaux (provisoires).

3 juin 2020 | Structuration de la Délégation Paris avec « un appel au sursaut des forces constructives » autour d’Hélène Roques.

23 juin 2020 | 2 soutiens publics aux élections municipales : Violette Spillebout à Lille et le candidat LR vs. Louis Aliot à Perpignan.

28 juin 2020 | Plus d’une trentaine de membres de Territoires de Progrès ont été élus lors des dernières municipales dont 6 maires et 9 adjoints. A noter la réélection de Najwa El Haité, déléguée nationale adjointe de “Territoires de Progrès” comme adjointe au maire d’Evry-Courcouronnes (91) et l’élection de Sylvie Ros-Rouart, déléguée régionale Occitanie, adjointe à la mairie de Castelnau Le Lez (66).

Début juillet 2020 |
> Propositions « Ségur de la Santé » à l’attention de Nicole Notat.
> Contribution « Décentralisation/Déconcentration dans les territoires » à l’attention du président de la République et du gouvernement.
> Note de réflexion et de propositions « Economie face aux défis de la transition : la ville moyenne, nouvel horizon de la transition énergétique » nourrie, entre autres, via ce questionnaire public mis en ligne sur notre site et relayé sur nos réseaux sociaux.

Été 2020 |
> Echanges et visio-conférences pour commencer à co-écrire notre future plateforme programmatique, en complément du manifeste de lancement et des notes de réflexion thématiques.
> Lancement de la Délégation de Français de l’étranger
> Lancement d’une Délégation Outre-mer (en cours)

16 septembre 2020 | Tribune “Territoires de Progrès, le réveil d’une gauche de notre temps !” par Gilles Savary

19 septembre 2020 | Rentrée politique au Loft Gambetta (Paris). Outre nos deux parrains Jean-Yves Le Drian et Olivier Dussopt, officialisation du soutien de six membres du gouvernement dont Florence Parly, Elisabeth Borne, Emmanuelle Wargon, Brigitte Bourguignon (excusée), Jean-Baptiste Djebarri, Olivier Véran (cité aussi par Jean-Yves Le Drian dans son discours), et de 36 parlementaires adhérents.

Janvier 2021 | Congrès fondateur qui permettra aux adhérents de voter pour les instances nationales, les délégations, ainsi que pour la plateforme programmatique.

Printemps 2021 | Elections départementales et régionales avec des candidats sous notre étiquette.