Bannière Terres de progrès

L’école gratuite, laïque et obligatoire est née avec la IIIè République. Elle est l’incarnation de la République. Sans école, il n’y a ni liberté individuelle, ni égalité réelle, ni fraternité possible. L’école et l’ensemble des femmes et des hommes qui la servent sont le cœur vivant de notre modèle républicain. Comme les soignants, ils ont assuré leur mission avec les moyens que permettent la révolution numérique. Ils l’ont fait dans des conditions difficiles mais avec exigence. Nous leur devons la reconnaissance de la Nation.

L’enseignement, c’est aussi un échange physique et près de 10 % des élèves ont totalement décroché pendant cette période et disparu du radar éducatif.  D’autres ont pâti de situations familiales ou de conditions de logement peu propices à l’apprentissage scolaire. Le premier effet secondaire du confinement est le retour de graves inégalités scolaires. Cette situation est humainement préoccupante et socialement inacceptable.

Il est temps que tous les jeunes Français reprennent progressivement  le chemin de l’école et toute la communauté éducative doit être mobilisée pour cet objectif en y mettant évidemment toutes les précautions sanitaires pour les enfants, comme pour les personnels de l’école, ainsi que les parents d’élèves.

Si la décentralisation a un sens, c’est de procéder dans chaque commune de France aux concertations et aux aménagements nécessaires à la reprise progressive de l’école. Tous les pays qui ont annoncé une date de déconfinement s’y préparent.

La Nation a su compter sur ses soignants pour l’assister face à l’épidémie. La Nation doit pouvoir compter sur ses enseignants pour restaurer l’égalité devant l’éducation.

Par Najwa El Haïté, déléguée nationale adjointe de Territoires de Progrès et Yves Durand, président du Conseil national de Territoires de Progrès et ancien député PS (Nord)

0 réponses

Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *