« La social-démocratie a déménagé (…). Le PS est devenu membre de la gauche protestataire et a laissé de côté les nécessités et les exigences d’être un parti de gouvernement pour s’engager dans une autre logique avec les Insoumis et autres composantes. »

« … C’était déjà engagé du temps des frondeurs, mais là aujourd’hui c’est presque reconnu comme des éléments de doctrine. Nous avions une social-démocratie qui était un peu orpheline et qui s’est retrouvée assez largement dans l’élection d’Emmanuel Macron. »

« Emmanuel Macron portait des valeurs proches (des nôtres) et qu’il a mis en place par un certain nombre d’actions autour de l’éducation, le respect de la justice sociale, l’Europe. Tout cela fait partie de notre corpus, mais nous étions un peu sans assise. »

« Nous avons notre musique à faire entendre. Nous voulons que ces assises soient reconnues, respectées et constitutives du mouvement de la majorité (…) Nous le faisons déjà, mais il faut qu’on fasse entendre davantage notre voix. »

0 réponses

Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *