Partenaire de la majorité présidentielle, Territoires de Progrès (TdP), jeune parti politique veut faire vivre une gauche sociale-réformiste, démocratique et écologiste dans le Val-de-Marne. Dans un département si contrasté, dont l’histoire est marquée par le poids d’une gauche trop souvent archaïque et dogmatique, Territoires de Progrès entend affirmer ses valeurs :

  • Solidarité avec un objectif clair de dépassement des incantations et de l’enfermement dans la pauvreté 
  • Laïcité, citoyenneté et sécurité, composantes essentielles du « vivre-ensemble » 
  • Egalité réelle par le refus de l’assignation sociale et de l’assignation à résidence, conséquences des inégalités particulièrement criantes dans le Val-de-Marne 
  • Ethique et responsabilité vis-à-vis des générations futures avec un engagement sans faille pour le développement durable.

À l’occasion des prochaines élections départementales, Territoires de Progrès a la volonté de participer à un nouveau projet pour le département aux côtés de La République en Marche et du Modem, autour de marqueurs forts, dont voici les principaux :

  • une dynamisation de l’action du département dans le champ de la santé, de la protection sociale des plus fragiles (personnes âgées, jeunes, familles mono- parentales), du droit des femmes et des jeunes filles 
  • des politiques publiques plus efficaces, mieux partagées entre les territoires au sein du département pour permettre aux personnes les plus en difficulté de retrouver leur autonomie et leur dignité par l’insertion professionnelle, la formation…
  • le développement maîtrisé du logement social et la transparence dans l’accès au logement social en dépassant résolument le « Yalta » implicite entre les villes hostiles à la loi SRU et celles qui se satisfont des ghettos 
  • une écologie concrète, populaire et efficace aux côtés des plus fragiles qui doivent être accompagnés dans la rénovation thermique, l’amélioration de l’habitat, la mobilité et ce, en lien avec les politiques régionales et nationales
  • une gestion exemplaire des collèges visant à la réussite éducative et la qualité du cadre de vie
  • l’accès pour tous à la culture
  • l’ouverture d’un département trop souvent replié sur lui-même vers la Région, la France, le monde…
  • une mobilisation de toutes les énergies pour l’emploi, le développement économique et l’entrepreneuriat 

Pour Territoires de Progrès, ce projet doit rassembler tous les Val-de-Marnais quel que soit leur lieu d’habitation et leur statut social. 






ELECTIONS DEPARTEMENTALES : LE PROJET DE TERRITOIRES DE PROGRES POUR LE VAL-DE-MARNE

Partenaire de la majorité présidentielle, Territoires de Progrès veut faire vivre une gauche sociale-réformiste, démocratique et écologiste dans le Val-de-Marne.

Dans notre département si contrasté, dont l’histoire est marquée par le poids d’une gauche trop souvent archaïque et dogmatique, Territoires de Progrès veut participer à un nouveau projet progressiste aux côtés de La République en Marche et du Modem à l’occasion des prochaines élections départementales.

Territoires de Progrès souhaite que ce projet rassemble tous les Val-de-marnais quel que soit leur lieu d’habitation, leur statut social, et veut y apporter sa contribution autour de marqueurs forts dont voici les principaux :

  • La lutte contre les inégalités et en particulier territoriales est une urgence. Le Val-de-Marne est fracturé socialement avec un écart en augmentation entre les catégories socio-professionnelles les plus favorisées et d’autres de plus en plus paupérisées.
  • L’accès au logement, en est un des exemples, avec des classes moyennes et des jeunes qui en sont trop souvent écartés. La répartition du logement social, conséquence d’une sorte de « Yalta » entre les villes de droite hostiles à la loi SRU et celles de gauche notamment à direction communiste est ainsi totalement déséquilibrée.

A Territoires de Progrès, nous refusons l’assignation à résidence et l’assignation sociale.

La solidarité doit avoir un objectif clair de dépassement des incantations et de l’enfermement dans la pauvreté.

Des politiques publiques plus efficaces, mieux partagées entre les territoires doivent permettre aux populations les plus en difficultés de retrouver leur autonomie, leur dignité par l’insertion professionnelle, la formation

L’emploi doit mobiliser toutes les énergies publiques comme privées, le développement économique doit y contribuer pour juguler les déséquilibres entre les bassins d’emploi. Le soutien à l’entreprenariat, au tissu des PME-TPE, angle mort de la politique départementale actuelle est une des conditions de la réussite.

Sur les champs de la santé et de la protection sociale des plus fragiles, il faut dynamiser l’action du département : maintien à domicile pour les personnes âgées, prévention pour les enfants et les jeunes, en particulier, face aux addictions, soutien aux familles monoparentales notamment sur les modes de garde, la mobilité, le logement

Le droit des femmes et des jeunes filles doit être une vraie priorité en lien avec les collectivités territoriales, le tissu associatif, notamment avec des programmes contre la violence, les stéréotypes…  

La réussite éducative avec unegestion des collèges qui doit être exemplaire, tant au niveau du bâti que de l’équipement. Le collège est un des lieux à privilégier pour l’éducation à la citoyenneté, à la laïcité, à l’environnement

Le soutien à la parentalité articulé avec les politiques sociales est également un élément déterminant de la réussite scolaire.

Déjouer les assignations passe également par un accès ambitieux et renouvelé à la Culture et à l’éducation artistique et culturelle, notamment pour les plus vulnérables, qui exigera une mobilisation sans faille des acteurs publics, privés, mais aussi des professionnels du champ culturel et des artistes.

Le développement durable doit s’appuyer réellement sur ses trois piliers : économique, social, environnemental. L’entreprise ne peut en être écartée et certainement pas stigmatisée.

Elle est partie prenante de l’effort collectif aux côtés de l’Economie sociale et solidaire, de l’administration publique.

Territoires de Progrès prône une écologie populaire aux côtés des plus fragiles qui doivent être accompagnés dans la rénovation thermique, l’amélioration de l’habitat, la mobilité et ce, en lien avec les politiques régionales et nationales.

Le département doit faciliter les circulations douces grâce à un plan d’ensemble et une voierie adaptée, qui assure les continuités et sécurise le stationnement des vélos.

L’ouverture du département sur la Région, la France, le monde…

Trop souvent replié sur lui-même, notre département doit s’ouvrir, coopérer avec les autres collectivités territoriales et notamment la région, l’état qui doit être vu comme un partenaire, un facilitateur, sans oublier l’international avec les pays du sud et de l’Europe dans le cadre de programmes de coopération, de solidarité.

Des échanges éducatifs plus nombreux dont les bénéficiaires seront les Val de marnais mais également les populations des pays concernés.  

Enfin, le vivre ensemble doit être le dénominateur commun des politiques départementales par une meilleure prise en compte de la laïcité, de la participation citoyenne, du droit à la sécurité.

Emmanuelle Wargon, Ministre du logement
Patrice Bédouret, Délégué départemental de Territoires de Progrès | Conseiller municipal de Fontenay-sous-Bois
Yacine Ladjici, conseiller municipal de Chevilly-la-Rue
Rachida Kaaout, conseillère municipale d’Ivry-sur-Seine
Frédéric Louradour et Déborah Wargon, conseillers municipaux de Saint-Maur
Florence Gall, conseillère municipale de Vincennes

Avec Jean-Louis Besnard, ancien maire-adjoint de Champigny-sur-Marne, Patrick Leguilloux, ancien conseiller municipal de Champigny-sur-Marne, Paulo Nunes, ancien conseiller municipal de Villejuif, Olivier Falloux (Cachan), Imane Idrissi (Créteil), Bernard Ducret, Bernard Manneville (Fontenay-sous-Bois), Jean-Pascal Lanuit (Le Kremlin-Bicêtre), Ben-hur Kabengélé (Le-Perreux-sur-Marne), Philippe Charissou (Saint- Mandé), Yves Epelboin, Pierre Jarrossay, Elora Sallafranque (Saint-Maur), Mickael Bellance, Frédéric Gharbi Mazieux (Villejuif), Bastien Beauducel, Catherine Lefèvre, Gérard Lefèvre (Vincennes) …

Au sein de la majorité présidentielle, Territoires de Progrès, parti indépendant de LaREM, est un mouvement social-démocrate et européen autour des ministres Emmanuelle Wargon, Jean-Yves Le Drian, Olivier Dussopt, six autres ministres, élus locaux, militants, anciens et actuels parlementaires issus de la Gauche. Son délégué général est Gilles Savary.

Contact TdP | Patrice Bédouret, délégué Val-de-Marne| 06 20 37 78 91 | patricebedouret@territoiresdeprogres.com

0 réponses

Commentez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *